Maroc : Instance Nationale de protection des Biens Publics

http://inpbpm.zeblog.com/

Calendrier

« Novembre 2018
LunMarMerJeuVenSamDim
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930 

INPBPM

INPBPM Instance Nationale de protection des Biens Publics au Maroc , INPBPM

Blog

Catégories

Pages

Compteurs

Liens

Fils RSS

Fonds publics: L’UE veut plus de garanties

Par INPBPM :: mardi 09 mars 2010 à 01:30 :: Général
 Une coopération lancée avec le Maroc pour lutter contre la fraude


 

 

· Un nouveau système de contrôle et d’audit des projets financés

 

La Commission européenne cherche à garantir une bonne utilisation de ses aides financières accordées aux pays partenaires. C’est dans ce cadre qu’elle a organisé, en collaboration avec l’Inspection des finances au Maroc et de la Banque européenne d’investissement (BEI), la première conférence régionale sur la protection et l’optimisation des fonds publics, les 14 et 15 mai à Skhirat. Cette rencontre a été une occasion pour la commission de présenter aux participants son système de contrôle et d’audit des projets financés par les fonds communautaires. Ce travail de suivi se fait soit directement du Bruxelles ou par l’intermédiaires de ses délégations déconcentrées, comme c’est le cas pour le Maroc. Des représentants des pays de l’Afrique de l’Ouest ainsi que ceux du pourtour méditerranéen ont pris part aux travaux de cet atelier.

 

· Protéger contre la mauvaise gestion

 

L’objectif principal de cette conférence est «d’optimiser la coopération entre les services nationaux et internationaux, responsables de la gestion des fonds publics, afin de mieux les protéger contre la mauvaise gestion, les détournements, la corruption et la fraude», précise Alberto Perduca, directeur à l’Office européen de lutte anti-fraude (OLAF). En tant que service de la Commission européenne, ce dernier est chargé de procéder à des enquêtes en vue de protéger les fonds communautaires contre les risques de fraude et de corruption. Pour réussir cette mission la collaboration des pays bénéficiaires est fondamentale. «Il est difficile pour l’Olaf de mener des enquêtes seul sans l’assistance des autorités locales. Ces dernières disposent du pouvoir et de la légitimité juridiques ainsi que d’une meilleure connaissance du terrain», explique Perduca. Dans ce cadre, l’Office a déjà initié des relations de coopération avec certains pays africains, y compris le Maroc. «Cette conférence présente une occasion pour partager notre expérience appréciée par l’Olaf avec d’autres pays», signale Abdelali Benbrik, inspecteur général des finances au ministère des Finances et de la Privatisation. Selon une source de l’Office européen, 5 enquêtes ont été menées au Maroc durant ces trois dernières années, dont trois sont en cours. La procédure pour les deux autres a été clôturée avec un suivi de recouvrement et judiciaire, selon toujours la même source. Rappelons à ce propos que le volume de l’aide financière accordée par Bruxelles au Maroc s’élève à une moyenne annuelle de 1,5 milliard de DH, soit 150 millions d’euros.

 

Noureddine EL AISSI

 

 http://www.leconomiste.com/article.html?a=78419

Trackbacks

Pour faire un trackback sur ce billet : http://inpbpm.zeblog.com/trackback.php?e_id=268789

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire

Nom ou pseudo :


Email (facultatif) :


Site Web (facultatif) :


Commentaire :


 
Copyright © Maroc : Instance Nationale de protection des Biens Publics - Blog créé avec ZeBlog